Cindy

Ecrit par : dimanche, octobre 26, 2014 2 Permalink

Aujourd’hui, je vais vous parler de Cindy, par souci d’anonymat, son prénom est changé. Cindy est en dépression depuis des années.

Elle est usée car elle a l’impression d’être perdue. Alors, pour s’oublier, ou pour fuir cette situation insupportable, elle a ses marottes. S’allonger devant la télé et zapper. Au moins, ça fait du bruit. Et pendant ce temps, elle n’a pas à penser à son territoire perdu. Elle est dans son monde virtuel.

La séance lui a permis de comprendre qu’elle se sentait en danger en permanence, parce qu’elle se sentait sans territoire. En effet, depuis qu’elle est mariée, elle a l’impression de ne plus vivre chez elle. D’avoir perdu son chez soi, son territoire, d’un autre point de vue, d’être envahie. Elle a quitté son appartement pour aller vivre chez son mari. Je vous passe des détails de sa première séance, mais juste, je mentionne sa prise de conscience de ce qu’on appellera sa perte de territoire. Cindy est donc quelque part, même si elle a un toit, SDF (au niveau de son ressenti seulement).

Avoir un territoire fait partie des besoins fondamentaux de l’être humain. Ne pas avoir de territoire, d’espace pour soi, c’est comme ne pas manger, ou ne pas respirer. A un moment, ça use.

Cindy est dans ce cas. La séance a montré qu’inconsciemment, elle se sentait vraiment et douloureusement en danger.

Pour mieux comprendre comment notre cerveau gère la notion de danger dans laquelle Cindy se trouve je vous invite à vous inscrire à la formation gratuite.

Pour le dire autrement Cindy, se sent quelque part en danger, et si vous avez vu la vidéo, pour survivre, elle fuit.

L‘instant génial a été de lui faire comprendre l’importance de se sentir chez elle. Elle parlait d’avant, de son appartement, ce qu’elle y faisait dedans avec ses amis, sa famille qui lui rendait visite.

Quand elle a compris qu’elle ne se sentait pas chez elle, elle a pris les devants pour s’y sentir, même si c’était dur .

Elle m’a écrit ceci :

Je savais que je n’avais « pas le droit » de me réfugier devant la télé sur mon canapé pendant 1 mois. (Joël : en plus je lui avais demandé de ne plus fuir en se mettant devant la télé…). « Mais que vais-je faire? pas de télé, pas de bruit, mon mari sur son ordi, quel ennui mortel dans cette maison! Je ne peux pas supporter ». Puis une grosse crise de larmes m’a envahie.
J’ai ensuite commencé à répéter « ma » phrase : « même si j’ai perdu mes territoires, je m’autorise à les récupérer ».
Dimanche et lundi : clouée au lit !!!! Impossible de me lever sans avoir les jambes qui flagellent, le souffle court, au bord de l’évanouissement. Je commence sérieusement à m’inquiéter. Je continue à répéter ma phrase plusieurs fois par jour. Lundi soir : je téléphone à Joël qui me dit de tout de suite accomplir mon geste symbolique, à savoir « marquer mon territoire ». Je traîne mon corps comme pas possible tout en répétant ma phrase. Une fois le tour de la maison effectué, je vais m’asseoir quelques instants, et là, là….. au bout d’une minute je sens comme un brouillard qui s’évapore. Mes yeux s’ouvrent à nouveau en grand et je me lève. Je crois rêver alors je fais un test : je vais dans la chambre et rapporte le plateau dans la cuisine. Tout va bien!! Je fais un 2ème test pour vérifier si je vais vraiment mieux : je vais dans la salle de bain prendre une douche. Tout va bien! Je n’ai plus de malaise, j’ai retrouvé toutes mes forces!! C’est à ce moment qu’une phrase retenti à plusieurs reprises dans mon esprit « je suis chez moi, je fais ce que je veux!« . Exactement comme lorsque, encore célibataire, je suis parti de chez mes parents pour avoir mon propre appart’.
Voilà mon témoignage. Vivement la suite!!
Merci et à bientôt
2 Comments
  • Juliette
    octobre 27, 2014

    Génial! Merci pour ce partage!
    Et bonne continuation à Cindy

  • CESAIRE
    avril 11, 2015

    ça ouvre la perspective que moi aussi je pourrais aller mieux. Merci Cindy et bonne continuation ! Bravo Joël.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *