Nous sommes sollicités au quotidien et à un rythme s’accélérant toujours plus, sur les plans familial, professionnel, environnemental et personnel.

Notre incapacité à « gérer » parfaitement notre vie est absolument normale, mais dans un monde dominé par la culture de la réussite tous azimuts, cela entraîne inévitablement un sentiment de culpabilité, d’échec, de peur, car oui, ce sont nos sentiments et nos émotions qui dirigent nos actions.

Alors, au lieu de nous arrêter et de nous concentrer sur nous-même et sur ce qui nous manque, nous éparpillons notre énergie pour maitriser et contrôler.

Cela peut fonctionner un temps plus ou moins long suivant les individus, mais arrive toujours un moment, avant l’épuisement mental complet , où nous interrogeons le pourquoi d’un mal-être latent, d’une frustration intime que nous n’osons pas verbaliser, d’une angoisse au lever, d’une fatigue continue, d’une soudaine fragilité émotionnelle, d’une succession d’échecs sentimentaux.